SPOTTED ! Yelle porte le modèle DAISUKÉ de Mykita dans la nouvelle vidéo Complètement fou !

Optique

Capture d’écran 2014-10-07 à 11.03.43

Retrouvez les DAISUKÉ dans la nouvelle vidéo de Yelle pour son titre addictif « Complètement fou »
La dite vidéo est un véritable festin visuel de pop-corn, de couleurs éclatantes et d’amour métallique!

Yelle Qui ?

Souvenez-vous, c’est la jolie brunette qui chantait « Parle à ma main » avec Fatal Bazooka, alias Michaël Youn, et remettait au goût de 2007 « A cause des garçons », en plongeant le tube des années 1980 dans un bain moussant de danse tecktonik. La tecktonik est morte, pas la 2.0 qu’on voyait en elle. Yelle — soit le couple Julie Budet au chant et aux textes et Jean-François Perrier à la batterie et à la composition — revient comme un boomerang avec un album euphorisant et méchamment addictif, « Complètement fou », sorti hier et déjà dixième du top iTunes.

Avec ce troisième disque bardé de tubes — « les Soupirs et les refrains », « Florence en Italie », « Complètement fou », « Moteur action »… –, et de grandes idées de production, qui doivent autant à qu’à Gotainer, Yelle a tout pour convaincre les sceptiques. Comme « Chaleur humaine » de Christine and The Queens, « Complètement fou » est la preuve par treize (chansons) que l’on peut faire danser la langue française, marier rimes et machines. « On se sent proches de Christine, confirme Yelle. On est de la même génération, on a grandi avec la musique des années 1980, de Daho à Chagrin d’amour, et on partage la même envie qu’eux de ne pas se brider, ne pas copier, être unique. »

Et décomplexée ! Yelle s’accorde une liberté rare de chanter sur le désir, le plaisir et d’intituler deux chansons « Nuit de baise », au risque de ne pas passer en radio. « On parle beaucoup de sexe, c’est vrai, sourit-elle, mais c’est essentiel que ce sujet ne soit pas tabou. On chante notre vie, notre quotidien, et la sensualité en fait partie. » Comme la peur de mourir, de l’ennui, de la solitude, qui affleurent souvent dans ses textes souvent moins enfantins qu’ils ne paraissent.

Un disque supervisé par le producteur de Katy Perry

Dr Luke, producteur dans l’ombre des succès de Katy Perry, Pink et Ke$ha, les a remarqués lors d’une tournée aux Etats-Unis et a vu en eux un énorme potentiel pop. Jusqu’à les signer sur son label et superviser l’enregistrement. « C’est un fan des mélodies, qui nous a appris à embellir les nôtres, les a mises en valeur mais jamais au détriment des mots. Il n’avait pas envie de nous changer, juste de nous faire passer un cap. » C’est complètement réussi.

Sources et Articles Le Parisien 

La Maison de la Vision, votre opticien à Montpellier, Jacou

Publicités

Avez-vous déjà vu une mante religieuse avec des lunettes 3D ? Maintenant, oui .

Optique

Insolite : des lunettes 3D sur une mante religieuse

manthe religieuse

Un projet de recherche mené à l’université de Newcastle au Royaume-Uni vise à étudier le système de vision de la mante religieuse en lui faisant porter les plus petites lunettes 3D jamais créées. L’objectif est de voir si les capacités visuelles de cet insecte ont évolué de façon similaire ou différente de celles des humains. Les résultats de cette étude pourraient favoriser une nouvelle approche de la vision 3D par ordinateur et pour la robotique.

Le saviez-vous ?

La mante religieuse est le seul invertébré doté d’une vision 3D. Une équipe de chercheurs de l’université de Newcastle (Royaume-Uni) mène une étude approfondie en se servant de lunettes 3D miniatures. Elles ont été fabriquées à partir de filtres polarisants et sont maintenues en place par de la cire d’abeille. Les scientifiques veulent notamment savoir si la vision 3D de la mante religieuse est similaire à celle des humains ou différente, auquel cas elle pourrait servir à développer un nouveau genre d’algorithme de vision 3D destiné à la robotique et l’informatique.

L’Institute of Neuroscience de l’université de Newcastle (ION) au Royaume-Uni a lancé un projet d’étude sur la vision en 3D de la mante religieuse. Cet invertébré est le seul doué de cette capacité, et les enseignements qui seront tirés de ce programme pourraient contribuer à faire progresser la vision 3D pour l’informatique et la robotique. « Les cerveaux des insectes se composent de seulement un million de neurones, comparés aux dizaines de milliards du cerveau humain », explique Jenny Read qui dirige l’équipe chargée de ce projet baptisé « Man, mantis & machine: the computation of 3D vision ».

Selon elle, cette relative simplicité permet de cartographier le circuit neuronal avec plus de facilité. La vision 3D a été identifiée chez un certain nombre d’animaux, notamment le singe, le chat, le hibou, le faucon, le crapaud et le cheval. Mais jusqu’au début des années 1980, les scientifiques pensaient que les invertébrés étaient dépourvus de cette capacité. Puis, en 1983, les travaux menés par le biologiste Samuel Rossel ont mis en évidence la faculté qu’ont les mantes religieuses à voir en 3D.

La mante religieuse optimisée pour la vision 3D

« La mante religieuse semble être physiquement optimisée pour la vision 3D », poursuit Jenny Read, évoquant sa tête de forme triangulaire, un chevauchement binoculaire supérieur à 70° et une fovéa (minuscule fossette de la partie centrale de la rétine) pointée vers l’avant. « Son mode de vie est certainement facilité par la vision 3D : c’est un prédateur en embuscade qui vit dans un environnement visuel encombré de végétation dense et mange des proies très camouflées, comme les grillons. » La chercheuse britannique ajoute que la vision en relief de la mante religieuse n’a encore pas fait l’objet d’études poussées, comme ce fut le cas pour la chouette effraie et le macaque.

Pour mener leurs tests, les scientifiques ont créé ce qu’ils disent être la plus petite paire de lunettes 3D jamais conçues. En l’occurrence, ce sont deux filtres polarisants circulaires placés devant les yeux de l’insecte et maintenus grâce à de la cire d’abeille. Une fois la mante religieuse équipée de ces lunettes, on lui montre des images en 3D sur un écran d’ordinateur. L’objectif est d’essayer de tromper l’insecte sur sa perception de la profondeur de champ. L’une des images est un cercle qui simule un objet s’approchant de l’insecte afin de l’inciter à porter une attaque. Pendant ces tests, la mante est filmée par deux caméras (1.000 images par seconde) placées au-dessus et sur le côté. L’objectif est de classifier les différentes réactions aux stimuli. Des marqueurs réfléchissants peints sur sa tête et ses articulations aident les algorithmes à extraire ces données. À ces observations comportementales s’ajoutent des mesures électrophysiologiques sur le système nerveux grâce à des électrodes en fil d’argent placées sur le lobe optique et le cordon ventral.

Bientôt de meilleurs algorithmes de vision 3D pour la robotique ?

Le projet de recherche lancé par Jenny Read et son équipe a six objectifs. Parmi eux, caractériser la vision en 3D de la mante religieuse et déterminer si celle-ci est fonctionnellement équivalente à celle des mammifères et des oiseaux. Les scientifiques veulent aussi identifier les cellules du système nerveux de la mante qui gèrent la profondeur de champ et caractériser la réponse des neurones à différents points du processus allant de la phototransduction au mouvement. Enfin, ils souhaitent développer des modèles informatiques qui décrivent les réponses des neurones individuels et qui relient l’activité neuronale au comportement de la mante religieuse.

De cette étude, les chercheurs espèrent retirer plusieurs enseignements. Dans un premier temps, il faut savoir si la vision 3D repose sur une seule base commune chez les mammifères, les oiseaux, lesamphibiens et les insectes. Ensuite, les scientifiques pourraient obtenir de nouveaux éléments sur l’évolution de cette vision 3D et concevoir un algorithme 3D d’une efficacité inédite. Enfin, ces travaux mèneraient à une meilleure compréhension de la perception et du comportement chez les humains et les autres invertébrés.

Selon les résultats, le projet peut évoluer dans deux directions différentes. Première option, les chercheurs découvrent que la vision 3D de la mante religieuse est totalement différente de celle des humains. Dans ce cas, cela permettrait de créer un algorithme de vision 3D simplifié pour la robotique et l’informatique. L’idée est un processus qui prendrait un flux vidéo binoculaire comme source et le transformerait en action. Un tel algorithme pourrait servir à contrôler des robots en étant beaucoup plus simple et efficace que les programmes existants, pense Jenny Read. Si au contraire il s’avère que la vision 3D des mantes religieuses est proche de celle des vertébrés, cela offrirait un nouveau terreau scientifique quant à l’évolution de ce sens. À suivre donc.

Sources et Article Futura Hight Tech 

La Maison de la Vision, votre opticien à Jacou , Montpellier

Désir ou amour, vos yeux disent tout !

Optique

love_lonely

Êtes-vous amoureux ou simplement attiré par cette personne que vous venez de rencontrer ?

Inutile de gaspiller le forfait de votre nouvel Iphone 6 en envoyant « amour » ou « désir » à des plateformes téléphoniques ou des numéros de voyance, vos yeux s’occupent de tout.

Comment?

Une récente étude tend à déterminer ce que votre regard révèle de vos sentiments !

Le coup de foudre au premier regard pourrait-il vraiment exister ?

Les chercheurs de l’Université de Chicago sont formels : la direction de votre regard est un indice sur votre ressenti.

Attirance sexuelle ou véritables sentiments ?

Pour le savoir, des élèves de l’université ont été invités à visionner des photos d’inconnus.

Lorsqu’ils ressentaient une attirance et détectaient chez l’autre un potentiel partenaire amoureux, ces derniers avaient tendance à regarder les yeux, le visage de l’inconnu.

Quand ils ressentaient une attirance sexuelle, les élèves fixaient plutôt les autres parties du corps.

Plus précisément, lorsque vous regardez quelqu’un pour la première fois, un scientifique pourrait vous dire si la romance ou la passion se lisent dans vos yeux. La recherche a ainsi révélé que les diagrammes de l’œil se concentraient sur le visage et les yeux pour l’amour, et posaient un regard fixe sur le corps si l’on ressentait d’avantage un désir sexuel.

L’auteure principale de l’étude, Stephanie Cacioppo, a déclaré que «bien que l’on sache scientifiquement peu de choses sur ce qui pousse deux individus à tomber instinctivement amoureux, ces modèles de réaction fournissent les premiers indices sur les processus attentionnels, automatiques, tels que le regard, qui peuvent différencier les sentiments d’amour des sentiments de désir envers des inconnus ».

Des recherches antérieures réalisées par Stéphanie Cacioppo ont montré que les différents réseaux situés dans les régions du cerveau sont également activés par les sentiments et le désir sexuel. Dans cette étude, l’équipe a réalisé deux expériences pour tester des modèles visuels dans le but d’évaluer deux états émotionnels et cognitifs différents qui sont souvent difficiles à démêler les uns des autres – l’amour et le désir .

Cette fois ci, les étudiants et étudiantes de l’Université de Genève ont visionné une série de photographies en noir et blanc de personnes qu’ils n’avaient jamais vu.

Dans la première partie de l’étude, les participants percevaient des photos de jeunes couples hétérosexuels qui se regardaient ou interagissaient les uns avec les autres.

Dans la deuxième partie, il s’agissait de photographies de personnes séduisantes du sexe opposé qui fixaient directement l’appareil photo ou le « visionneur ». Aucune de ces photos ne contenaient de nudité ou d’images érotiques.

Dans les deux expériences, les participants placés devant un ordinateur devaient examiner les différents blocs de photographies et décider aussi rapidement et précisément que possible comment ils percevaient chaque photographie: si la ou les personnes présentes suscitaient en eux des sentiments de désir sexuel ou d’amour.

En parallèle, les chercheurs ont analysé les mouvements oculaires et ont observé plusieurs choses :

  • les personnes regardant les couples, ressentaient de l’amour et fixaient les yeux et le visage des individus présents sur la photo
  • les personnes regardant les individus seuls, face caméra, ressentaient de l’attirance sexuelle et regardaient de nombreuses parties du corps : l’individu regardé devenant un sujet de convoitise.
  • Le cerveau met le même labs de temps à déterminer s’il s’agit d’amour ou d’attirance. Les chercheurs ont ainsi affirmé que notre cerveau traite les deux informations avec la même rapidité : il faut le même temps pour déterminer si vous voulez cette personne dans votre lit…ou pour en tomber subitement amoureux! Le coup de foudre ne serait donc pas une simple légende urbaine.

«En identifiant les diagrammes de l’œil qui sont spécifiques, l’étude peut aussi contribuer au développement d’un biomarqueur qui différencie les sentiments de l’amour romantique et du désir sexuel», a déclaré le co-auteur John Cacioppo, directeur du Centre Cognitive et social Neuroscience.

Un paradigme eye-tracking pourrait éventuellement offrir une nouvelle donne pour établir des diagnostics lors d’examens cliniques de routine, en psychiatrie ou en vue d’améliorer considérablement les thérapies de couple.

Source et Article Mail Online

Des lunettes pour soigner le cancer !

Optique

cellule_cancereuse_nih-nationalcancerinstitute

Des nouvelles lunettes à la technologie révolutionnaire qui ne servent pas seulement à voir, elles aident à repérer les cellules cancéreuses et permettent un meilleur traitement lors des opérations.

Un dispositif optique révolutionnaire. Les lunettes ne servent plus seulement à corriger une forte myopie ou un astigmatisme, elles permettent aussi de mieux opérer les cancers.

 Des scientifiques d’une Université américaine Wahsington University ont inventé des lunettes permettant de mieux voir les cellules cancéreuses et donc d’avoir une meilleure vision lors des opérations de certains cancers.

LA VISION DES CELLULES CANCÉREUSES ET DIFFICILE

Lors des opérations des tissus malades, les cellules cancéreuses sont difficiles à distinguer, ces lunettes sont constitués d’une source de lumière permettant d’afficher les tissus malades et cancéreux, un agent moléculaire permet ensuite de rendre les cellules bleus en surbrillance par rapport aux autres.

 

Ces dispositifs permettront d’éliminer le risque des nouvelles interventions suite à une omission de certains tissus malades. “Il ne doit pas rester de tissus malade après l’opération” commente le professeur Achilefu un des médecins menant ce projet de lunettes.

 

Des vidéos permettent de se rendre compte à quel point ce mécanisme est utilise pour les médecins qu’opèrent des zones cancéreuses ou des zones à risque.

Une grande avancée donc quand on sait qu’entre 20% et 25% des cancers opérés nécessitent une deuxième intervention car les technologies actuelles ne permettent pas de montrer toute l’étendue de la maladie.

 

Sources et Article : HappyMag

Pour en savoir plus : Sciences et Avenir Santé

 

Votre enfant à des problèmes de comportement? Cela peut être dû à un problème de vue !

Optique

crise

 

Votre enfant à des problèmes de comportement, cela peut être à cause d’un problème de vue !

 

Des examens de vue pour résoudre les problèmes de comportement des enfants

Si les parents sont confrontés à des problèmes de comportement à la maison ou à l’école, la cause pourrait bien être la vue de leur progéniture. Une étude* menée en Angleterre révèle que 23% des couples avec un enfant de 3 à 12 ans, et présentant des difficultés en société, ne les ont jamais emmenés faire d’examen de vue. Parmi les parents qui ont admis ne jamais avoir conduit leur petit chez un ophtalmologiste, plus de la moitié (51%) a déclaré que leur bambin ne semblait pas avoir de soucis.

 

Pour Paul Carroll, directeur des services professionnels de Specsavers qui a commandé ce rapport, « les parents qui évaluent par eux-mêmes les soins ophtalmologiques de leur enfant, créent inutilement des problèmes pour plus tard. La vue continue de se développer jusqu’à l’âge de 8 ans, ce qui signifie que les problèmes de vue peuvent être corrigés par l’opticien durant toute cette période. A l’instar de l’amblyopie (ou oeil paresseux), qui est une affection fréquente devant être traitée dès l’âge de 5… »

 

Mais heureusement les mentalités évoluent. Ainsi, 70% des personnes interrogées ont affirmé qu’elles seraient heureuses que leurs enfants portent des lunettes si nécessaire, et qu’elles sont peu préoccupées par les risques d’intimidation à l’école. Katie O’Donovan, responsable de la communication et des partenariats chez Mumsnet, précise que « la plupart des parents ont l’habitude d’aller voir régulièrement un dentiste et un médecin, mais beaucoup sont surpris d’apprendre l’importance d’examiner la vue dès l’âge de 3 ans. Il est toutefois rassurant pour eux d’entendre que le dépistage précoce peut aider à identifier et traiter des problèmes de développement, et que la stigmatisation associée au port de lunettes à l’école a pratiquement disparu ».

 

Cependant, si 70% des parents estiment que les examens oculaires pour les enfants sont très importants, moins d’un quart d’entre eux se disent prêts à le faire.

 

*L’enquête conduite auprès de 1 000 couples, et réalisée par Mumsnet, a pour ambition de sensibiliser le public sur l’amélioration du développement comportemental et sociétal des enfants se faisant régulièrement examiner les yeux par un opticien.

 

 

Sources et Articles Acuité

Votre chéri (e) a grossi ? Achetez-lui des lunettes !

Optique

Capture d’écran 2014-08-29 à 17.41.03

A la fin de l’été, les apéritifs au saucisson, les mojitos et autres plaisirs estivaux ont eu raison du poids de votre moitié ?! Achetez-lui donc des lunettes! Oui, mais attention, pas n’importe lesquelles!

Des lunettes futuristes pour tromper nos sens qui viennent de voir le jour au Japon. 

Des scientifiques japonais ont mis au point des lunettes bourrées de technologie capables de modifier l’image de l’objet regardé. Les applications et les résultats de ce matériel sont étonnants. A l’Université de Tokyo, des scientifiques ont développé des lunettes futuristes et bourrées de technologies informatiques. Bien entendu beaucoup plus encombrantes que des lunettes normales, ces montures ont la capacité de tromper les sens du porteur en modifiant l’image de l’objet regardé. L’image est en fait envoyée à un ordinateur qui la recalcule et la renvoie à l’utilisateur qui, en définitive, n’aperçoit que la réalité modifiée par informatique.

Ainsi, un biscuit par exemple, peut apparaître à l’utilisateur plus gros ou plus petit qu’il n’est en réalité. Les résultats sont tout aussi stupéfiants puisque lors de différents essais, les cobayes ont mangé en moyenne 10% de gâteaux en moins lorsqu’ils apparaissaient 50% plus gros et 15% en plus lorsqu’ils semblaient deux-tiers plus petits qu’en vrai. Mieux encore, pour aller plus loin dans la pseudo-réalité, l’équipe de chercheurs a développé un « meta cookie ». Cette fois, les lunettes comportent non seulement un casque couvrant les yeux mais aussi des tubes reliés à des flacons de parfum. Ce système vise non seulement à tromper la vue par la réalité augmentée mais également l’odorat via l’envoi d’effluves vers le nez, ce qui influence in fine la sensation du goût. L’utilisateur peut ainsi avoir l’impression de manger un gâteau au chocolat ou à la fraise alors qu’il est en train de croquer un biscuit sans saveur. « La réalité, c’est dans votre esprit », s’amuse le professeur Michitaka Hirose qui a mené l’étude relayée par l’AFP.

Pour lui, la façon la plus simple de tromper un sens consiste à l’abuser via d’autres sens et cela fonctionne puisque 80% des sujets se sont laissés avoir. Hirose a précisé que si son équipe n’a pas l’ambition de commercialiser ses inventions pour l’instant, elle cherche une éventuelle application de ces systèmes pour les personnes qui souhaitent perdre du poids.

Sources Gentside Découverte

Crédit image 9gag

Tête à lunettes !

Optique

Les lunettes sont pour certains comme une signature ! Imaginez John Lennon, Karl Lagerfeld, Audrey Hepburn ou encore Tom Cruise dans Top Gun sans leur lunettes ! Méconnaissables ! Découvrez en une vingtaine de photographies épurées, comment Federico Mauro rend hommage aux binocles sacrés de l’histoire ! Et vous, c’est quoi votre monture phare ?

lieu_puissance0171 lieu_puissance0161 lieu_puissance0151 lieu_puissance0124 lieu_puissance0114 lieu_puissance0086 lieu_puissance0077 lieu_puissance0067 lieu_puissance0058 lieu_puissance0038 lieu_puissance0018 lieu_puissance0008

 

Sources Topito – Behance (via Whudat)

 

Le saviez-vous ? Froncer des sourcils face au soleil rend agressif !

Optique

keep-calm-and-wear-your-safety-glassesC’est en tout cas ce qu’affirme le très sérieux site Acuité.

« Ce n’est un secret pour personne, il est même partagé par tous : nos sentiments modifient nos expressions faciales. Et vous l’aurez vous aussi constaté, un jour bien éclairé et vous voilà instinctivement et involontairement en train de froncer les sourcils. De là à dire que les deux pourraient être liés, il y a un pas que des chercheurs Italiens viennent justement de franchir.

Après une étude un peu farfelue sur le Botox, d’après laquelle ce produit rendrait plus heureux parce que l’expression faciale du sourire au repos qu’il laisserait serait plus agréable, des chercheurs ont tenté de déterminer si le froncement de sourcils d’un visage en plein soleil peut rendre plus agressif. Il s’avère que oui mais, heureusement les opticiens détiennent la solution. Ce phénomène peut en effet être aisément évité en portant des solaires !
Dans le détail, les chercheurs du département des Sciences Psychologiques, Sciences Humaines et du Territoire de l’Université italienne de Chieti-Pescara ont tenté de vérifier si l’agressivité peut être déclenchée par le froncement de sourcils involontaire qui se produit lorsque les individus sont face au soleil. Pour mener à bien cette enquête, l’équipe de scientifiques a interrogé un panel de personnes au hasard, marchant le long d’une plage ou sur une promenade, avec et sans solaires, afin de définir leurs sentiments de colère et d’agressivité. C’est à partir de ces résultats qu’ils ont conclu que les personnes avançant vers le soleil sans solaires sont généralement plus en colère que les autres. Les chercheurs se sont alors demandés si cette colère était seulement le fruit du froncement des sourcils ou le fait d’avoir le soleil dans les yeux.
A en croire l’étude, ce phénomène de froncement des sourcils implique le même type d’activation des muscles faciaux que dans l’expression de la colère, ainsi que Charles Darwin l’a remarqué en décrivant la forme particulière, en « parasol », des sourcils froncés exprimant la colère mais permettant également de protéger les yeux.
Les chercheurs soutiennent en outre que froncer les sourcils face au soleil affecte l’humeur très rapidement. Au total, ces résultats fournissent la première preuve de la validité écologique de l’hypothèse de rétroaction faciale.
Rendre le sourire et offrir de la bonne humeur peut être un nouvel argument de poids pour notre filière, afin développer le secteur des solaires mais également des verres correcteurs photochromiques. Avec des études comportementales aussi pointues, on saisit mieux pourquoi nos voisins Italiens sont les numéros un mondiaux des solaires ! »

 

 

 

Sources et article à retrouver sur le site Acuité